• email contact@educapsy.com
  • Telephone +(213) 0555555555

المقالات

Test sur les Intelligences multiples Interprétation de cet inventaire avec vos élèves

Test sur les Intelligences multiples

Interprétation de cet inventaire avec vos élèves

  1. Les Intelligences Multiples ont pour but d’aider chacun à reconnaître ses ressources et d’inciter chacun à continuer de se développer; elles ne sont pas là pour étiqueter. Il est important de s’assurer que les résultats de cet inventaire ne servent pas à cataloguer l’élève.
  2. Le but de l’inventaire est de faire ressortir les forces de chacun et de chacune, forces qu’il ou qu’elle pourra mettre à profit pour continuer à apprendre; cet inventaire a aussi pour but d’amener l’élève à porter davantage d’attention à des activités qu’il a eu tendance à négliger jusqu’à présent.
  3. Mettez beaucoup d’emphase sur les idées suivantes :  même si une ou deux intelligences ne semblent pas être une force ou un mode privilégié (parce que, pour le moment, l’élève n’a pas encerclé de comportements ou en a encerclé peu), ça ne veut pas dire qu’il ne peut pas développer d’intérêt ou qu’il n’a pas de potentiel brut dans ce domaine.
  • Il se peut que les questions retenues dans le test en lien avec cette forme d’intelligence n’étaient pas significatives pour l’élève alors que d’autres questions auraient pu l’être davantage.
  • D’autre part une multitude de facteurs font que durant un certain temps, un individu peut ne pas aimer ou ne pas se sentir habile par rapport à une famille d’activités (que ce soit par manque d’encouragements, échecs précédents, estime de soi trop basse, milieu familial ou social qui ne valorise pas ces activités, etc.).  Plusieurs adolescents, adolescentes ou adultes se mettent soudain à s’intéresser ou à performer dans un nouveau domaine à cause d’un enseignant ou d’une enseignante qui travaille sur les pré-requis, qui fait des analogies, qui va moins vite, qui est plus concret, qui fournit des stratégies de dépannage ou des trucs, etc.
  1. L’inventaire veut faire constater à l’élève qu’il est intelligent et que chacun utilise son potentiel intellectuel d’une façon qui lui est propre.  Insister sur le fait que les différentes intelligences fonctionnent en interaction et que c’est la combinaison des intelligences qui fait que chacun et chacune est particulier ou particulière.  Quelqu’un pourrait être moyen dans toutes les formes d’intelligence et cette particularité ferait de lui ou d’elle un individu exceptionnel et très efficace dans la vie ou dans certaines professions.

Source : Ginette Grenier, cp, CS des Affluents, et Pierrette Boudreau, cp, CS de la Rivière-du-Nord, 2003

Notes pour l’enseignant

Un des avantages du modèle, c’est qu’il met l’accent sur le fait que tous les élèves ont des forces et que les enseignants devraient valoriser cette diversité. C’est particulièrement important pour les élèves qui possèdent des forces intellectuelles qui ne font pas partie des domaines habituellement valorisés à l’école (compétences verbales et logico-mathématiques). La prise en compte des forces des élèves peut conduire à une expérience de cristallisation  susceptible de modeler l’avenir d’un élève. En effet, ceci peut faire toute la différence entre le développement d’une image positive de soi et une image fausse mais dévastatrice consistant à se percevoir comme stupide.

Chez la plupart des élèves, deux ou trois formes d’intelligence sont plus fortes que les autres.  Attention : ceci ne veut pas dire qu’un élève montrant une préférence pour un type d’intelligence aimera toutes les activités s’y rattachant (ex. lire de la poésie, écrire des romans, faire du journalisme, parler devant des foules, apprendre des langues étrangères, etc.) Chacune de ces activités est liée à l’intelligence linguistique, mais combien de personnes s’intéresseront à toutes?.

Les intelligences se manifestent toujours dans le cadre de tâches spécifiques.

L’approche des IM suggère de varier nos façons de faire en classe, d’intégrer plus d’arts plastiques, d’art dramatique, de musique , de mouvement, d’interactions sociales, de métacognition et d’activités de contact avec la  nature dans le cadre de l’apprentissage des différentes disciplines; de laisser aux élèves, aussi souvent que possible, la possibilité d’avoir recours à des façons différentes pour effectuer leurs apprentissages et pour en rendre compte.

Source : Ginette Grenier, cp, CS des Affluents, et Pierrette Boudreau, cp, CS de la Rivière-du-Nord, 2003

Comment nous y prendre en classe?

Sensibiliser les élèves :

  • Chacun possède un profil d’intelligence unique qu’il aura l’occasion de continuer à développer encore pendant toute sa vie.
  • Les intelligences qui étaient valorisées traditionnellement ne sont pas les seules qui indiquent que nous sommes intelligents ou intelligentes. Nous pouvons manifester notre intelligence sur le plan des mouvements, sur le plan musical, sur le plan social… autant que sur le plan logique ou langagier.  Quelqu’un qui fait preuve d’intelligence sociale est tout aussi admirable que quelqu’un qui fait preuve de logique, par exemple, et ça peut contribuer grandement au succès dans la vie.
  • Mettez les élèves au défi : proposez-leur de rechercher des activités ou des façons de faire qui parfois les amèneront à performer de façon spectaculaire dans un de leurs champs de forces et qui d’autres fois les amèneront à s’expérimenter dans des domaines qui leur sont moins familiers ou dans lesquels ils sont moins à l’aise.
  • Présentez-leur cette définition simple de l’intelligence :  «C’est résoudre des problèmes ou créer des biens, seul ou avec d’autres, en utilisant des capacités variées du cerveau ainsi que les ressources qui sont à notre disposition». 

Être plus flexibles dans notre planification de cours :

  • Offrir un éventail plus large d’activités qui couvriront les huit formes d’intelligence.
  • Laisser plus de choix aux élèves dans leurs façons d’apprendre, dans leurs façons de présenter un travail ainsi que dans leurs stratégies pour étudier un sujet en particulier.

Enseigner les habiletés sociales et favoriser la connaissance de soi :

  • ceci correspond aux intelligences interpersonnelle et intrapersonnelle de Gardner.
  • on doit fournir aux élèves de multiples occasions de réfléchir sur eux et d’apprendre à se connaître (plusieurs nouveaux programmes de même que l’école orientante vont dans ce sens); on doit aussi leur fournir de nombreuses occasions d’apprendre sur les autres et avec les autres, entre autres par le biais de l’apprentissage coopératif.[1]

Questions à se poser en tant qu’enseignant

  1. D’après certaines recherches, le pourcentage des interventions de l’enseignant dans une classe oscille approximativement entre 60 et 70%, ce qui veut dire que les élèves n’ont l’usage de la parole que durant 30 à 40% du temps de formation. Est-ce la même situation qui prévaut dans ma classe?

(Certaines recherches avancent que c’est la parole prononcée qui est source d’apprentissage, et non pas la parole entendue, parce que l’expression aide à penser et que pour assimiler des informations nouvelles il est important de se les répéter dans ses propres mots, avec son propre réseau d’images.[2])

  1. Est-ce que j’écris ou dessine au tableau suffisamment?  (Une majorité d’élèves ont besoin de voir).
  2. Est-ce que j’appuie ce que j’explique avec suffisamment d’illustrations, de dessins, de métaphores? Est-ce que j’invite mes élèves à faire de la visualisation?
  3. Est-ce que j’utilise parfois en classe de la musique d’ambiance? Est-ce que je permets à mes élèves de faire des travaux dans lesquels ils peuvent intégrer du son ou des extraits de chansons? Est-ce que j’ai recours au rap, aux rimes ou au rythme pour favoriser la mémorisation de certaines connaissances?
  4. Est-ce que les élèves ont la chance de travailler avec du matériel concret ou du matériel de manipulation dans mes cours? Est-ce qu’ils peuvent mener des expérimentations? Est-ce qu’ils peuvent produire des maquettes ou des modèles concrets pour rendre compte de leur compréhension de certains concepts?
  5. Est-ce que je prévois du temps pour que les élèves puissent, de façon régulière, faire des retours sur leurs apprentissage, sur les stratégies auxquelles ils ont recours, sur leurs modes d’apprentissage?
  6. Est-ce que j’invite mes élèves à se mettre dans la peau de certains personnages ou dans la peau de personnes qui voient les choses différemment d’eux pour les amener à développer davantage d’ouverture ou de sensibilité?
  7. Est-ce que mes élèves ont l’occasion de se déplacer dans la classe?
  8. Est-ce que mes élèves ont l’occasion d’interagir les uns avec les autres? Est-ce que je prévois des contextes où ils peuvent travailler en groupe ou en collaboration?
  9. Est-ce que l’environnement de ma classe et les activités qui s’y déroulent permettent de rejoindre les élèves qui sont sensibles à la nature?
  10. Est-ce que je permets à mes élèves de solliciter l’hémisphère droit de leur cerveau? (analogies, créativité, synthèse, schémas…)
  11. Est-ce que je prévois des situations complexes d’apprentissage ou du travail en projet?  (Les élèves ont alors la possibilité de mobiliser plusieurs types d’intelligence.)s)

أرسلها إلى صديق